Variés, accueillants et savoureux

Namur regorge de tables aussi qualitatives que différentes les unes des autres. Venez sans plus tarder découvrir les établissements à ne pas manquer dans la capitale wallonne.

Le D'Arville

Un écrin de verdure à proximité des grands axes namurois, un chef passionné et une cuisine à la fois fine et diversifiée. Ce cocktail détonnant fait du D’Arville une adresse incontournable pour les gastronomes.

Souriant mais très concentré, Olivier Bourguignon s’affère comme chaque jour sur les plats qu’il est en train de préparer. Être derrière les fourneaux est pour lui depuis toujours une passion. Alors, offrir à ses clients ce qu’il appelle « La belle cuisine » le met plus que jamais de bonne humeur :

« Au départ, j’avais lancé une cuisine plutôt simple avec un petit plus. On montait à 80 couverts par service. Mais à présent, notre grand maximum c’est 45 à 50 couverts. On est donc descendu en termes de quantité mais on a grandement augmenté la qualité, et c’est ce qui plait à nos clients. »

Et la philosophie poursuivie dès les débuts par le chef du D’Arville n’est pas non plus étrangère à ce succès. Car chaque mois, les menus et la carte changent et intègrent notamment des produits issus des producteurs locaux et du circuit court.

« Grâce à ce roulement, on peut travailler un maximum de produits par année. Et cela permet de mettre dans les menus des légumes et des fruits qui ont une saison très courte. Je me fais également conseiller depuis 3 ans par un maraicher de Courrière qui est dans le bio. Il m’apporte plein d’informations et de façons de faire en termes de préparation »

L’endroit vaut également à lui seul le détour. D’ailleurs, lorsqu’il a vu pour la première fois la ferme qui allait devenir son restaurant, Olivier Bourguignon a tout de suite su qu’il avait trouvé la perle rare. Restait à y intégrer ses propres idées :

« Ce que j’ai voulu, c’est garder l’aspect authentique que j’ai vu lorsque je suis entré pour la première fois et y amener ensuite un aspect contemporain et épuré. Ce mélange de style est très apprécié de nos clients »

Autre point fort, c’est l’accueil et le côté professionnel du personnel. Chaque employé de salle connait les recettes et sait ce qu’il dépose sur la table. Un atout jugé indispensable par le chef :

« Depuis une dizaine d’années, il y a eu beaucoup d’émission télévisées qui tournent autour de la cuisine, y compris gastronomique. Ça veut dire que le client est beaucoup plus au courant maintenant qu’avant. Il s’y intéresse beaucoup plus. Et donc c’est important qu’on puisse répondre à ses questions. » 

C’est également le cas en néerlandais, puisque la carte est entièrement traduite et certains membres du personnel parlent couramment la langue :

« Personnellement, je trouve cela très agréable quand je me rends à la mer du nord d’être servi dans ma langue par le personnel d’un restaurant. Je trouve donc cela normal car nous sommes le long d’une route qui va vers les Ardennes. Il faut donc répondre à la demande. »

Une initiative qui porte ses fruits puisque le restaurant bénéficie d’une très large clientèle néerlandophone qui s’est fidélisée au fil du temps.

L'Atelier de Bossimé

Il n’avait que 20 ans lorsqu’il a lancé « L’Atelier de Bossimé ». Et neuf ans plus tard, l’établissement de Ludovic Vanackere est devenu une adresse absolument incontournable pour tous les amoureux de cuisine gastronomique et de produits du terroir.

Elu chef wallon de l’année 2018 par le prestigieux Gault et Miau, Ludovic Vanackere est ce qu’on appelle un vrai enfant du pays. Sa région et son terroir sont, à ses yeux, ce qui définit le mieux sa cuisine :

« L’aspect local, la qualité des produits, l’artisanat que cela représente. Tous ces éléments ont aiguisé depuis toujours mon intérêt et ma passion pour ce métier de chef cuisinier. Je suis très attaché aux goûts qui existent dans notre région. »

 

Et cela se ressent dès l’arrivée sur le parking, car plus qu’un établissement, l’Atelier de Bossimé est un projet de grande envergure. Au-delà du restaurant, il y a un jardin de 2 hectares pour les légumes, des pièces d’eaux pour la pisciculture, un espace de co-working pour les entreprises qui développent des produits locaux.

L’ensemble des denrées qui sont servies à table viennent de ces différents endroits, mais aussi d’une poignée de producteurs locaux triés sur le volet. Chaque ingrédient présenté est authentique et local, pour des moments de découvertes sans cesse renouvelés.

« Nous travaillons sur base de menus « surprises » qui sont dictés par les saisons et par les produits à disposition. C’est notre parti-pris. Les clients viennent chez nous pour découvrir les meilleurs produits du moment cuisinés de manière différente et savoureuse »

En ce qui concerne le cadre, l’Atelier de Bossimé propose depuis quelques semaines un tout nouvel espace mêlant une architecture spacieuse, épurée et chaleureuse.

 

« Nous voulions un bâtiment qui soit en lien avec notre manière de travailler et notre cuisine. A la fois atypique et chaleureux. Nous voulions que nos clients puissent être reçus avec une certaine idée de luxe alternatif tout en gardant ce côté simple, naturel et magique. »

Enfin, l’accueil et le service sont des valeurs primordiales pour le chef de l’Atelier de Bossimé. En y entrant, vous y serez toujours reçus comme des hôtes de marque :

« Notre accueil est à la fois chaleureux et décontracté, mais également très professionnel. Les personnes qui font partie de l’équipe sont toutes passionnées et possède cette envie de la partager. Lorsqu’elles présentent les plats à table, elles connaissent les produits et savent d’où ils viennent. »

Une table incontournable pour tout gastronome donc, mais n’hésitez pas à réserver à l’avance avant de venir visiter cet établissement magique, car fort de son succès, il affiche pratiquement toujours complet.

L'Estaminet du Bistro Belgo-Belge

Lunette aux couleurs noir-jaune-rouge solidement vissées sur les oreilles, tablier de cuisine autour de la taille et grand sourire sur le visage, Guy Barbiaux accueille avec le même enthousiasme tous les clients qui passent la porte de l’Estaminet du Bistro Belgo-Belge.

« Gérer ce restaurant, c’est plus qu’un rêve, c’est une véritable passion. Pour moi, un rêve, c’est quelque chose qu’on ne peut pas atteindre. Tandis qu’une passion, on peut en vivre si on y met suffisamment de cœur et de travail ».

Du travail, Guy Bertiaux en abat chaque jour. En plus d’être gestionnaire de l’établissement, il en est également le chef cuisinier. Et par n’importe lequel, car il possède une véritable spécialité : « Ce qui me passionne, c’est la cuisine à la bière. Pour le goût et la belgitude que cela représente. Je possède d’ailleurs l’un des seuls restaurants en Wallonie qui développe à ce point ce thème-là. »

Son crédo est simple : Pour chaque bière qu’il utilise, le chef créé une sauce. Vous retrouverez ainsi au menu des plats à base de Lupulus, de Leopold 7, de Houppe ou encore de Brugge Triple. « J’essaie toujours d’associer des goûts qui vont ensemble. Et chaque fois que je créé une nouvelle sauce, je la mets d’abord en plat du jour, pour avoir des retours rapides. Si elle plait, alors elle entre dans le menu. »

Mais Guy Bertiaux ne s’arrête pas là, car il développe également ce concept pour son plat de prédilection : les moules. Il propose 14 accompagnements différents ! Vous trouverez notamment les moules à la Rodenbach, les Moules sauce Rochefort et lardons, les moules à la Trappe, …

« Les retours sont toujours positifs. Et pour être sûr que les gens osent aller vers la découverte, je fais tous les deuxièmes et quatrièmes samedis du mois la foire aux moules. Ces jours-là, je propose les moules à toutes les sauces pour 16€ »

Et pour déguster ses recettes originales, il plonge ses clients dans un univers aux contours vintages et chaleureux, avec entre autres des portes et du mobilier baroques, d’anciennes banquettes de cinéma ou encore de vieux sièges en cuir. « J’ai opté pour ce décor un peu hors du temps qui fait penser aux années 50 et 60. J’ai pris cette décision car j’aime ce style mais aussi parce que mon restaurant se trouve dans le quartier art-déco de Namur. Il y a donc un lien par rapport à cette identité »

Enfin, l’Estaminet du Bistro Belgo Belge se tourne vers l’international. En effet, à partir de janvier, les cartes seront également disponibles en néerlandais ou en anglais, afin de permettre aux clients qui ne parlent pas français de ne rien rater des subtilités de la cuisine de l’Estaminet du Bistro Belgo-Belge.

Les Terrasses de l'Ecluse

On y accède par une large terrasse en bois entourée d’un joli plan d’eau. Une fois entré à l’intérieur de « La Terrasse de l’Ecluse », notre regard se partage entre l’intérieur cosy de l’établissement et la belle la vue sur l’écluse de Jambes.

« C’est une petite attraction en soi. L’écluse apporte un peu d’animation pendant le repas avec les bateaux qui la traversent. C’est très agréable à regarder en mangeant. » explique Jean-François Beguin, gestionnaire du restaurant.

Lui qui vient du secteur de la communication rêvait depuis longtemps d’ouvrir son propre restaurant. « Ça fait dix ans que je j’y pense mais je voulais d’abord avoir le coup de cœur sur l’endroit et les idées claires concernant son développement. Ici, j’ai tout ce qu’il faut. » explique-t-il en souriant.

« L’endroit est à la fois le long d’un court d’eau (La Meuse) et à l’écart de la route pour donner ce côté  » campagne urbaine  » zen, chaleureux et moderne ».

Côté cuisine, « La Terrasse de l’Ecluse » propose à ses clients une carte de type brasserie classique mais avec une particularité à mettre en évidence. « Nous ne travaillons qu’avec des produits frais et locaux qui sont fabriqués dans notre région.

Par exemple « Dawagne » pour le Saumon, ou encore « La Petite Ferme » pour le fromage. Vous ne trouverez chez nous que des produits et des matières premières de qualité. »

A côté de cela, l’établissement propose aussi une approche plus « bistronomique », c’est-à-dire basée sur une cuisine inventive et élaborée.

« Nous la proposons sous forme de suggestions qui changent tous les mois avec trois entrées, trois plats et trois desserts différents et également un lunch qui varie chaque semaine. »


Pour préparer le menu, un jeune chef de 26 ans : Jonas Tasseroul. « C’est quelqu’un qui a eu une bonne formation et qui a pu faire son apprentissage avec un maître qui lui a appris toutes les bonnes choses.

Aujourd’hui, il est à l’âge ou il peut s’épanouir et on lui en donne les moyens avec une cuisine haut de gamme et tout une équipe autour de lui. »

Dernier point important, l’accueil du client sur lequel Jean-François Beguin a voulu absolument insister :

« L’ADN de la terrasse de l’écluse, c’est un endroit convivial, où tout le monde est bien accueilli avec le sourire et de l’empathie. » La recette est en tout cas un vrai succès. Depuis son ouverture le 20 mai dernier, « La Terrasse de l’Ecluse » est complète chaque midi et soir. N’oubliez donc pas de réserver à l’avance pour en découvrir les saveurs et le cadre très agréable.

 

Ontdek alle restaurants

Dit initiatief wordt ondersteund door VISITNAMUR.